Promod, le prêt-à-poter en toute simplicité


Le textile est au Nord, ce que la frite est à la Belgique : une tradition ancestrale. Depuis des centaines d’années, on tisse, on file, on brode aux pays des ch’tis. Et dans ce domaine, la famille Pollet en connait un rayon ! La saga de cette dynastie d’entrepreneurs débute en 1922.
 

Bienvenue chez les Ch’tis !

A la tête d’une petite filature, Charles Pollet se retrouve un jour avec un important stock de laine sur les bras. Il décide alors de lancer un catalogue de vente par correspondance pour l’écouler. Son nom nous le connaissons tous : La Redoute. Immédiatement, le catalogue devient la bible du prêt-à-porter pour tous les Français et la ville de Roubaix voit s’accroître la fortune des Pollet. A sa mort, Charles lègue son entreprise à ses trois héritiers. Mais le virus entrepreneurial s’abat sur l’un d’entre eux, Francis-Charles. Celui-ci quitte la société familiale pour fonder sa propre entreprise. Promod est née et deviendra une référence pour toutes les Françaises qui cherchent à s’habiller sans se ruiner.
 

Promod tout en sobriété 

Une marque discrète, voilà un adjectif qui s’est longtemps appliqué à Promod. Sans en avoir l’air, l’enseigne s’est développée dans le monde entier sans le renfort de la publicité. La marque s’est même offerte un magasin de 300 m2 sur les Champs-Elysées pour ses 30 ans sans célébrer son ouverture en grande pompe. Mais cette discrétion est à l’image de la mode crée par la marque. Plus contemporaine que Camaïeu, plus ouverte que Naf Naf, plus adulte que Pimkie et Jennifer, elle est la marque de vêtements qui n’est excessive sur aucun plan, sans jouer la carte du classicisme pour autant.
 
Pour résumer, quand est un homme ou une femme entre 20 à 30 ans et qu’on pousse la porte d’une boutique Promod, on veut être dans le coup, sans pour autant chercher dernier it du moment. Mais depuis quelque temps, la marque doit apprendre à tricoter avec H&M et Zara. Les géants de l’habillement l’ont forcé à sortir de sa coquille pour s’afficher sur le papier glacé des magazines et les panneaux des abribus.
 

Promod a le bon vent !

Comment se mesurer à des empires qui savent manier à merveille l’art de la contre-attaque ? En se différenciant par la complémentarité ! Quand H&M demande à ses égéries stars de porter ses vêtements, Promod, elle, préfère faire appel à de petits créateurs pour monter en gamme. La marque s’est notamment offerte les services de Clément Dezelus, bien connu pour ses illustrations raffinées qui reflètent la Française élégante XXIe siècle, qui a signé une collection capsule dont le style a fait des émules. Mais la force de Promod est également dans le renouvellement constant de ses collections. Exit les deux collections annuelles (Printemps-Eté et Automne-Hiver), l’enseigne se paye le luxe d’en sortir six par an ! 
 
Résultat : on ne vient pas chez Promod pour trouver des « classiques » d’H&M, mais une vraie « patte » mode sans cesse renouvelée. Une stratégie payante que la marque décline volontiers en présentant des collections identiques partout dans le monde sauf au Moyen-Orient où les jupes sont rallongées de quelques centimètres. Savoir s’adapter à l’air du temps et à ses clients n’est pas qu’une affaire de ch’tis.