Ce titre vous semble flou ? Jetez un coup d’œil à nos opticiens

Note :

Selon que vous aimiez les John Lennon avec une touche de Harry Potter et un zeste de Gandhi, les Elvis Presley matinées d'Audrey Hepburn, les Woody Allen mélangées aux Malcolm X ou encore l'exception Morpheus, il y a forcément des lunettes pour vous et un bon opticien pour vous aider à trouver la paire idéale.


Entre morphologie, prix, matériaux, vue, look et confort, personne ayant jamais dû porter des lunettes ne peut probablement affirmer qu'il est facile de tomber juste du premier coup, et encore moins seul(e). Pas plus que de choisir, en quelques secondes seulement, un accessoire qui nous accompagnera probablement partout et souvent pendant plusieurs années consécutives.

Dispositif extrêmement visible, l'expression « comme le nez au milieu de la figure » devient caduque lorsque le plus flagrant est ce qui repose sur ledit nez et dont certain(e)s ne peuvent se passer pour vivre, sous peine de se cogner tous les deux mètres. Aussi, pour habiller le visage et y créer une certaine harmonie, voire le sublimer et éviter l'effet inverse : celle d'une masse disgracieuse écrasant les traits et cachant vos atouts, autant savoir chez quel opticien il vaut mieux mettre les pieds et pourquoi !

 

Une multiplication de la demande mais aussi des exigences

Il n'y a pas si longtemps de cela, si un dispositif corrigeait un tant soit peu la vision défaillante des jeunes ou moins jeunes, cela tenait déjà du miracle. Les questions de matériaux, de couleurs, de morphologie ou de fins degrés de corrections n'étaient alors pas au centre des préoccupations. Mais avec le temps, les gammes de produits ont connu une progression exponentielle et la technique a servi comme desservi la vue. Servi, puisque les défauts de visions sont toujours davantage détectés et soignés, notamment par les ophtalmologues. Desservi, parce que le besoin en correction n'a jamais été aussi grand du fait de l'omniprésence des écrans et d'efforts visuels débutants de plus en plus jeune.

Dans la jungle des produits de vue, solaires ou encore d'entretien, l'opticien-lunetier ou opticienne-lunetière devra ainsi être votre référence absolue côté technique, esthétique comme pratique. À la fois technicien minutieux, conseiller éclairé et commercial gardant un œil sur la mode, il ou elle doit être en mesure de vous parler autant des matériaux des montures, des spécificités des verres, du travail de montage, de la manière de les entretenir ou encore de ce qui siéra le mieux à votre auguste personne en terme de morphologie, mais aussi de couleurs des yeux ou cheveux. S 'il ou elle en est incapable ou est pris(e) en défaut, passez votre chemin.

Après tout, avec trente millions de personnes portant des lunettes, un demi-million de nouveaux porteurs chaque année et un renouvellement en moyenne tous les trois ans, la demande est ici reine. Sachant également que deux cents nouveaux points de vente voient le jour chaque année : ce n'est pas le choix qui viendrait à manquer.

 

Magasin de quartier ou grandes chaînes : les critères pour bien choisir.

Et ce choix est précisément pléthorique – probablement trop selon l'UFC que choisir avec une « inflation exponentielle du nombre de points de vente (+47% depuis 2000) » – nuisant à la clarté du marché de l'optique comme à sa bonne santé. Sans parler de votre propre confusion quant aux critères pour s'y orienter !

Que vous cherchiez la paire parfaite ou faisiez parti(e)s des 8 % optant pour des lentilles (jetables ou non) – et pouvant le faire selon la correction, l'âge et la tolérance au produit – pousser la porte du bon professionnel qui saura, entre autres, vous proposer les meilleurs prix, peut du coup rapidement devenir un parcours du combattant ou un choix complètement aléatoire. Pour être certain(e) de faire la meilleure affaire pour le meilleur produit, il faut ainsi connaître quelques petites choses.

Tout d'abord que les grandes chaînes d'optique les plus connues et vantant leurs mérites sur de nombreux supports ne sont pas vos seules options. Avant l'apparition de ces mastodontes, les opticiens-lunetiers étaient et sont encore des commerçants uniques. On pourrait penser que la chaîne de magasins est en revanche meilleure marché, car profitant de son poids pour obtenir des prix avantageux ou vous faisant bénéficier de la fameuse offre de la « paire gratuite ». Et pourtant, il s'avère qu'avec des franchises devant débourser un budget conséquent pour s'établir et un marché de l'offre saturé, les grandes chaînes pratiquent des prix plus prohibitifs que l'opticien ou opticienne de votre quartier. De plus, cette paire gratuite maintenant proposée par toutes les grandes marques ne leur coûte en réalité quasiment rien. Souvent munie de verres de moindre qualité, les options supplémentaires seront, elles, payantes (incassables, antireflets, amincis, anti-rayures, durée de vie allongée). Elles relèvent davantage du gadget justifiant une première paire au prix plus élevé – et sans remise – que d'une paire qui vous sera indispensable. Attention donc, celui que vous pensiez être plus cher car indépendant pourrait donc se révéler être votre chance d'avoir une remise de taille, des conseils potentiellement plus précis et un produit de qualité, bien monté, par l'opticien lui-même ou son assistant monteur-opticien.

Ce n'est pas dire que le travail sera mal fait du côté des enseignes les plus connues du grand public, mais le second point à connaître et pouvant faire une différence est que l'opticien de ces vastes boutiques est souvent seul en charge et pas toujours disponible. Tous ces vendeurs et vendeuses que vous pouvez observer n'étant souvent que cela : des techniciens-vendeurs pas forcément à même d'aussi bien traiter le ou la patient(e) passant leur porte qu'un opticien diplômé du BTS en deux ans correspondant. Pouvant gérer de nombreux clients, le risque de ces structures est donc d'avoir des conseils pour le moins spartiates, voire pire, erronés.

Prenez également garde à ce que le calcul de l'écart pupillaire, à défaut d'un examen optométrique complet, soit toujours pratiqué avant que les verres puissent ensuite être centrés en fonction du calibrage puis axés, découpés, meulés et insérés dans la monture. Si un pupillomètre n'est pas utilisé et si les lunettes ne sont pas adaptées à chaque patient, le risque de fatigue, de maux de tête voire de détérioration de la vision est présent ! Depuis peu de temps, l'examen optométrique dispense également parfois d'un passage chez l'ophtalmologue en amont, mais n'est pas disponible partout et uniquement pour un renouvellement de lunettes. Avec des rendez-vous ophtalmologiques souvent durs à obtenir, cela peut être pratique, mais reste à considérer avec précaution étant donné la différence de compétences conséquente existante.

 

Un marché très disputé en pleine évolution

Reste dès lors, pour ce marché à la manne financière très disputée, l'option des nouveaux venus : les opticiens en ligne. En dehors d'inonder les chaînes de spots publicitaires, ils proposent d'opérer une petite révolution dans le domaine de l'optique. Avec des marges allant jusqu'à 300 % et une différence entre un coût de production dérisoire pour un prix de revente élevé – souvent assumé par un système de mutuelle faisant de la France le pays européen où acheter des lunettes revient le plus cher – ces opticiens en ligne proposent une baisse de prix bienvenue et plus en accord avec la moyenne des autres pays.

Mais en dehors des contrefaçons ou de problèmes éventuels de verres de moindre qualité – pouvant d'ailleurs être trouvés en boutique comme en ligne – le problème majeur de cette solution meilleure marché reste l'absence de contrôle pupillaire et/ou optométrique déjà évoqués. Celle-ci ayant pour conséquence des lunettes pouvant se révéler inadaptées et engendrant un inconfort visuel plus ou moins prononcé. Demandez donc à contrôler que les verres correspondent bien à la prescription ophtalmologique, qu'ils sont d'une marque reconnue pour son sérieux et qu'un contrôle a été fait sur la morphologie spécifique de chacun. Chose difficilement réalisable à distance, lorsque vous n'avez pas un opticien en face de vous. De plus, le service après-vente et toute retouche ou modification deviennent problématiques (notamment en terme de délais) sans lieu physique où se rendre.

Dernier point, mais non des moindres, suite à l'explosion du marché du solaire : on serait tenté de rogner sur le prix et de se procurer des lunettes de contrefaçon ou simplement teintées, car bien moins chères que les marques les plus prestigieuses. Mais votre opticien saura vous informer des risques d'une telle pratique. En effet, les lunettes simplement teintées et/ou ne répondant pas à certains critères de filtrage des UV pourront se révéler dangereuses pour votre vue. Mettant vos yeux à l'ombre, dilatant vos pupilles sans pour autant protéger des rayons nocifs du soleil, vous aurez avec elles une sensation de fausse sécurité visuelle alors même qu'une détérioration s’opérera. Malgré des prix prohibitifs, gare donc à l'attrait de la possession d'une marque simplement pour son apparence et non ses qualités techniques !
Dans tous les cas, bien évidemment, écumez tout de même différents spécialistes de l'optique avant de vous décider. Il n'est jamais mauvais de comparer et se forger sa propre opinion reste, sur la base de ces conseils et si vous en avez la possibilité, la meilleure option.

Retrouvez opticien dans votre département