Repartez du bon pied avec nos podologues-pédicures

Note :

Le domaine est loin de passionner les foules, d'apparaître comme glamour ou même d'intéresser au quotidien. On a tendance à négliger des pieds considérés comme sales, odorants et dans le même temps compliqués à entretenir. Mais le podologue-pédicure répond présent(e) pour prendre soin d'une partie du corps pas ou peu entretenue, mal-aimée, et pourtant incroyablement importante !


Ayant récemment vu se former leur Ordre professionnel, les quelques 11.700 podologues français sont ces dentistes qu'on ne va jamais voir. Tout comme pour ces derniers, il est conseillé de se rendre une fois par an chez un professionnel du pied. Pour autant, combien sont ceux au courant de cette recommandation, l'ayant appliquée pendant de nombreuses années ou même l'estimant nécessaire ? Combien ont recours à des interventions palliatives une fois la douleur présente alors qu'une prévention régulière aurait évité son apparition, voire des gênes devenues définitives ? Les grandes initiatives autour de l'hygiène bucco-dentaire ont porté leurs fruits, mais les pieds ont bien moins bonne presse.

Cette atmosphère de déni, voire de mépris, envers ce qui supporte pourtant tout notre poids, subit les frictions les plus intenses du corps et nous permet la plus basique des capacités de déplacement peut d'ailleurs surprendre. Entamer la démarche de trouver un bon podologue-pédicure entraîne de plus, chez beaucoup, une certaine gêne quant à exposer cette partie jugée disgracieuse, quand bien même à un professionnel. Autant éviter au moins les déboires de trouver le ou la podologue-pédicure parfait(e) et reconnaître dès l'entrée dans son cabinet les signes d'un praticien ou d'une praticienne de qualité ! En ce royaume honni du cor (pas celui en cuivre) et de la voûte plantaire, suivez le guide.

 

Qu'est-ce qu'un pédicure/podologue et quand consulter ?

Intervenant à tous les âges, du nourrisson au troisième, le podologue prévient l'apparition et la complication des pathologies du pied. Pour garder ce dernier normal, ou plutôt en accord avec votre physiologie, sans douleur ni anomalie, cette profession paramédicale peut se focaliser sur la pédicurie (soit les ongles et la peau) et/ou la podologie (soit la structure du pied et sa dynamique). Les deux peuvent entraîner douleurs et inconforts, l'un pouvant mener à l'autre puisque une affection de la peau peut, par exemple, affecter la démarche pour éviter un échauffement et ainsi déclencher et installer une déformation de la structure du pied plus ou moins grande après des années de mauvais mouvements ou postures. Déformation qui devra, ou non, nécessiter une intervention en podologie en plus de la pédicurie à terme. Tous ne pratiquant par ailleurs pas les deux, le processus nécessite éventuellement de consulter deux spécialistes au lieu d'un. Autant agir vite donc, ne serait-ce que pour le bien de vos économies ! Ou du déficit de la sécurité sociale, au choix.

De manière générale et préventive, on conseille de conserver une bonne hygiène du pied pour et par soi-même. Bien laver et sécher autant que porter des chaussures confortables et adaptées (pas trop serrées), sont les deux grands pôles incombant à chacun. Au-delà, ce qu'il convient surtout de faire est de ne pas considérer toute douleur au pied comme allant de soi pour une partie du corps aussi sollicitée. Tout n'est pas dû à la fatigue et ne passera pas avec le temps. Tout n'est pas explicable par le support du poids du corps et il n'est pas normal que vos pieds soient douloureux régulièrement, surtout si vous n'avez aucune affection visible, notamment de la peau. Quelques cals, pourquoi pas – les frottements sont après tout importants – une pédicurie de temps en temps ou l'usage de produits du commerce pouvant y remédier aisément. Mais davantage et il vaut mieux ne pas laisser traîner : allez consulter. Cela évitera la possible rigidification d'un problème et donc un traitement beaucoup plus long par la suite (pour une mauvaise posture par exemple).

 

Un jargon et des techniques méconnus : quels critères pour un bon professionnel ?

Problèmes podaux ou unguéaux, onychomycoses, hyperkératoses, phlyctènes, hallux valgus, orthèses, orthoplasties, orthonyxies, onychoplasties ou encore dysfonctionnements de statique sont autant de termes frolant l'overdose de consonnes et que l'on n'entend pas tous les matins au réveil. Vous connaissez peut-être davantage les sexys verrues, ongles incarnés, cors, durillons et autres mycoses. De fait, la pédicurie est bien plus fréquemment convoquée, connue et publicisée quand la podologie reste un espace d'arcanes et de mystères. Pourtant – et bien que les affections de la peau et des ongles ne soient clairement pas à laisser de côté – la posture est d'autant plus capitale que largement ignorée par le plus grand nombre.

En conséquence de quoi et parce que la podologie reste une des spécialités les moins exposées – peut-être car travaillant en profondeur, non en apparence et, de plus, pas pour un organe vital – trouver le bon spécialiste et surtout juger en un coup d’œil et un échange de ses compétences et de son sérieux tient de la gageure.

L'hygiène est le premier critère essentiel. Plus qu'essentiel, si l'hygiène vous semble douteuse, se mettre (si possible) à courir est conseillé. Les pieds étant propices au développement de nombreux germes et plusieurs affections étant contagieuses par contact – telles que les verrues ou mycoses – le matériel se doit de paraître immaculé. Si vous désirez vraiment vous rassurer, posez la question de sa désinfection/aseptisation systématique après chaque patient (comme cela est normalement le cas) est possible. Poliment fait, cela n'est pas supposé vexer, mais vous assurer de la bonne tenue de l'endroit.

Le bon accueil et déroulement de la consultation sont ensuite évidemment de mise. D'autant plus que le podologue-pédicure peut être consulté en première intention, sans passer par son médecin traitant. Écoute, bonne compréhension, vérifications progressives et travail soigné, mais diligent, sont donc essentiels. Si le podologue en question réalise également lui ou elle-même les orthèses (semelles orthopédiques), le matériel en présence comprendra la classique plate-forme en plexiglas armée d'un miroir, un tapis de marche/course, des coussins à mémoire de forme permettant de prendre l'empreinte des pieds (podoscope) ainsi qu'un espace dédié aux machines utilisées pour le façonnement plus ou moins poussé desdites semelles (principalement des moules et meules).

 

Des spécialités à ne pas confondre pour des soins onéreux

Au-delà du traitement pédicure ou de la correction de légères gênes sur le pourtour du pied, les ongles et/ou orteils, ce sont bien ces semelles et autres prothèses qui augmentent souvent la note de soins assez mal remboursés. Une paire de semelles par an est en partie prise en charge – surtout par votre mutuelle – mais seuls les diabétiques de grade 2 et 3 bénéficient d'un remboursement à 100 % de ce genre de soins, presque vitaux pour eux. Cependant et pour mieux faire passer la pillule, ces semelles ne sont pas à confondre avec d'autres, celles de confort vendues pour toutes les morphologies. Les vôtres seront faites sur mesure et par un professionnel, avec des matériaux et techniques adaptés à votre situation, elles peuvent corriger des problèmes de posture plus ou moins graves, de déformations – parfois même des parties supérieures du corps dont on ne suspectait pas la source au niveau des pieds – des déplacements et échauffements, voire même des odeurs. Les sportifs, peu importe leurs disciplines, sont d'ailleurs soit friands de celles-ci, soit devraient aller consulter un de ces spécialistes au moins une fois au regard de leur sollicitation extrême de leurs pieds.

Mais qui aller voir de préférence ? Certains pédicures ne font que cela, d'autres podologues ne pratiquent pas de pédicures, mais peuvent, par contre, être plus experts en posturologie que leurs confrères et consœurs. L'étude du maintien en équilibre et de la stature en position stable (ou posturologie) prenant de plus en plus de place dans la détection de nombreux troubles et déclenchements de certaines maladies. L'orthopédie peut également être une branche davantage explorée par certains podologues poussant leurs connaissances en déformations et malformations des os, articulations, muscles et tendons. Tous possèdent en réalité un certain degré de ces spécialités tout en en privilégiant cependant une ou plusieurs. Gare donc à ne pas vous retrouver démuni(e) si vous vouliez des semelles et que l'on vous propose un gommage, si vous désiriez une pédicure et que le cabinet est emplie de meules presque industrielles ou si votre présumé posturologue ne possède que des crèmes et fraises contre les cals et cors.

Enfin, côté budget, vous pouvez vous diriger tranquillement vers la plupart des cabinets s'il s'agit de soins de la peau mineurs, peu onéreux même si à votre charge puisque relevant davantage du confort. Pour des ablations plus importantes – voire des opérations dans les cas les plus graves – les tarifs d'une chirurgie sont plus ou moins connus : ils sont exorbitants, mais plutôt bien remboursés. En revanche, pour ce qui est des semelles déjà évoquées, comptez entre 75 et 350 euros la paire en fonction des matériaux, de la fabrication, de sa technicité et de la correction (pouvant aller jusqu'à la chaussure orthopédique si trop importante). Prix peu remboursé ou assumé par votre mutuelle de manière plus ou moins performante.

Dernier point, mais pas des moindres : prenez garde que les soins et/ou semelles ne génèrent pas un nouvel inconfort et/ou déséquilibre déclenchant à son tour une autre pathologie ou ses conditions d'apparition. Si vous constatez une anomalie, courez revoir le même spécialiste (avant d'en changer si son travail est réellement le problème) qui pourra corriger les défauts existant pour adapter l'ensemble au mieux à votre physiologie devant se réajuster. Et puis, sincèrement, et quand bien même tout va bien, ayez un pensée pour vos pieds toujours enfermés, maltraités et allez les faire examiner et soigner, au moins une petite fois ! Ils vous diront merci… éventuellement.

Retrouvez Pédicure-podologue dans votre département