Sephora, une entreprise qui a bonne mine


Il est loin le temps où l’homme de Cro-Magnon se frottait le corps avec des feuilles de menthe pour sentir bon ! Aujourd’hui grâce à Sephora, la parfumerie est accessible à tous. Petit tour dans les rayons de ce géant de la cosmétique.

Sephora : un parfum de réussite

Dominique Mandonnaud a 22 ans lorsqu’il ouvre une petite parfumerie à Limoges, sa vie natale. Sans autre expérience que celle de vendeur de savons dans le magasin familial, le jeune entrepreneur ne manque pourtant pas d’idées ni d’ambitions. A l’époque, les parfums, crèmes et maquillages étaient dissimulés derrières des comptoirs, précieusement gardés par des vendeurs quelque peu intimidants. Le message était clair : il fallait acheter avant d’essayer ! Mais Mandonnaud va dépoussiérer la parfumerie en alignant les produits sur des étagères comme des livres dans une bibliothèque. Shop 8 devient une boutique révolutionnaire dans laquelle il est possible d’essayer, de toucher et de sentir. Le succès est tel que le chef d’entreprise va rapidement se retrouver à la tête de plusieurs magasins jusqu’à racheter, en 1993 au groupe britannique Boots, une trentaine de parfumeries en région parisienne. *
 
Leur nom ? Sephora comme celui de la femme de Moïse. Intelligente, élégante et libre, elle est l’image que la marque tient à renvoyer à ses clientes. En bon visionnaire, Dominique Mandonnaud offre un petit lifting à Sephora en important son concept de la cosmétique en libre-service, mais surtout en lançant sa propre ligne de produits pour le bain. Avec son design plein de rondeurs et ses teintes à rendre jaloux un arc-en-ciel, cette gamme deviendra iconique et participera à la renommée de la marque.
Attiré par l’odeur de la réussite, LVMH met la main sur l’entreprise en 1996. Des marques prestigieuses, l’as mondial du luxe en a plein les cartons. Dior, Givenchy, Guerlain font notamment leur entrée chez Sephora qui petit à petit conquerra le monde.
 

Le merchandising selon Sephora 

Marier plaisir et shopping, dans le jargon du marketing, on appelle cela « l’entertaining shopping experience ». Et dans ce domaine, Sephora est roi ! Il suffit de jeter un œil à ses publicités montrant la femme comme une wonder woman simple et libre pour comprendre la stratégie de la marque. Mais pour véritablement analyser la philosophie de Sephora, il faut pénétrer dans son vaisseau amiral : l’emblématique magasin des Champs-Elysées qui, tenez-vous bien, accueille chaque année plus de visiteurs que la Tour Eiffel ! Shakira, Rihanna, Lady Gaga et David Guetta (notons la subtile rime avec Sephora) y ont notamment joué les VRP de luxe en parcourant ses 1 300 m2 d’allées. Pour les beautystas du monde entier, ce flagship est devenu un terrain de jeu format XXL et pour cause : l’enseigne a tout misé sur « l’expérience beauté ».
 
Ici, comme dans les autres boutiques du groupe, ce qui compte ce n’est pas forcément de remplir un panier avec les dernières cosmétiques à la mode, mais de vivre des « moments d’exception ». C’est ainsi que Sephora propose une école de maquillage, des bars à sourcils et à ongles et même un styling bar pour la coiffure. Une expérience qui se poursuit ensuite à la maison sur le site Internet ou l’appli de la marque qui ne manquent de prodiguer des conseils pratiques et ludiques sur les grandes tendances beautés. Résultat : les clientes ont l’impression de s’embellir en jouant et n’hésitent plus à faire chauffer leur carte bleue…
 

Et Sephora embellit le monde 

La réussite de Sephora repose sur deux concepts. Le premier est de vendre autant des produits haut de gamme que de ceux de son cru sous le nom de « Made in Sephora » et dont la qualité est aussi attrayante que le prix. Le deuxième est de proposer une véritable expérience shopping à ses clientes. Et ce partout dans le monde de Limoges à Dubaï ! D’ailleurs, l’enseigne réalise aujourd’hui trois-quarts de son chiffres d’affaires à l’international et vend un produit toutes les deux minutes dans ses 1 700 boutiques.
Mais depuis quelque temps, l’entreprise doit faire face à un sérieux concurrent répondant au nom de Kiko. Il n’est pas japonais, mais italien, et il est devenu en un temps éclair une référence dans le monde du maquillage. Sa stratégie ? Proposer un maximum de teintes de rouges à lèvres, de fonds de teint et de mascaras à des prix défiant toute concurrence. Son succès est tel que la marque est aujourd’hui espionnée, analysée et copiée par les grands de la beauté.
 
Sephora devra donc de nouveau innover si elle ne veut pas que sa beauté ne se fane…
Retrouvez Séphora dans votre département