Kiloutou, le gros bras de location


Saviez-vous que Kiloutou aurait pu s’appeler Franky loue tout ? Non pas que Franky Vincent soit passé du monde de la chanson à celui de la location, mais l’idée vient de son fondateur répondant au nom de Franky Mulliez. En 1980, après s’être illustré dans le bricolage avec sa chaîne « Yaka », le jeune entrepreneur fait un voyage aux Etats-Unis. 

Kiloutou, un développement au pas de charge

A l’époque, les entreprises de location poussent comme des champignons. Pour Franky, c’est une révélation. De retour à Marcq-en-Baroel, dans le Nord-Pas-de-Calais, l’homme d’affaires décide d’ouvrir le premier magasin de location de matériel dédié au BTP. Pour créer l’identité de son entreprise, le promoteur fait appel à une agence de publicité qui optera pour une formulation simplifiée « Kiloutou ». Très vite l’enseigne élargit la gamme de ses équipements et étend son réseau partout en France. Un succès qui n’est pas sans rappeler celui de l’oncle de Franky Mulliez : Gérard Mulliez qui n’est autre que le créateur d’Auchan ! Entre les têtes de gondoles des supermarchés et les marteaux-piqueurs, le duo va bâtir un véritable empire dont Kiloutou sera l’une des pépites.  
 

Louée soit la location ! 

Nacelle araignée, treuil de tirage force, transporteur sur chenille essence, tout cela vous dit quelque chose ? Rassurez-vous, cela est bien normal, il faut savoir se glisser dans la peau de Champollion pour déchiffrer, tels des hiéroglyphes, le langage des BTP. D’autant que que Kiloutou ne s’adresse pas vraiment aux bricoleurs du dimanche qui ne représentent que 6 % de son chiffre d’affaires. L’enseigne s’intéresse d’avantage aux grands gaillards qui savent manipuler l’art des échafaudages et de la chargeuse.
 
Autant dire que pour leur louer du matériel, il faut savoir manier un certain vocabulaire. C’est ainsi que confrontée à la pénurie des techniciens de maintenance, l’enseigne a eu l’idée de fonder sa propre école. Depuis 2013, celle-ci forme les futurs salariés du groupe en leur apprenant le b.a-ba du bâtiment et des travaux publics. Grâce à elle, Kiloutou sait qu’il peut compter sur l’expertise de gros bras et pérennise ainsi sa culture d’entreprise fondée sur la passion et le goût de la performance. 
 

Kiloutou et la crise des BTP

C’est bien connu : « Quand le bâtiment, tout va ». Mais voilà bientôt huit ans que le secteur du BTP français est en déprime. Les carnets de commande sont vides et dans les travaux publics, c’est le marasme. Tout semblerait se conjuguer pour faire plonger Kiloutou. Mais c’est sans compter la solidité de l’entreprise et la « niaque » de son nouveau patron Xavier du Boÿs. Pour ne pas creuser son trou, même avec ses propres pelleteuses, Kiloutou a établi un plan d’action en deux volets.
 
Le premier est le développement de son offre sur Internet à travers son site kiloutou.fr et sa plate-forme communautaire Wikimat sur laquelle les pros peuvent échanger conseils et idées. Le deuxième volet est celui de son internationalisation. Après avoir ouvert 39 enseignes en Pologne, le groupe part à la charge en Espagne pour contrer la morosité du marché français. Kiloutou ne terminera donc pas d’aussitôt à la benne !