Eleveur de bovins: l’amour vache

Note : 5
L’éleveur bovin a pour mission de fournir de la viande, du lait ainsi que des peaux d’animaux en élevant des bovins. Dans le cadre de son activité, il effectue aussi des missions d’entretien des espaces dans lesquels évoluent ses bêtes ainsi que du matériel utilisé sur son exploitation. Il est souvent amené à gérer sa production de A à Z. Un métier qui demande du temps, de la rigueur et de l’investissement. Un éleveur ne s’ennuie jamais car cette profession-passion n’est pas de tout repos ! 
 

La France, terre de bovins

La France est un pays où l’élevage des bovins a une place tout à fait importante. On compte plus de 25 races différentes : Blonde d’aquitaine, Bretonne, Pie Noire, Limousine, Normande, Montbéliarde, Vosgienne, Abondance, Salers…pour n’en citer que quelques-unes. Toutes font référence à la région qui les a vues naître. La variété de ces vaches s’est construite parallèlement à la nature du sol et du climat qui les abrite ainsi qu’à la dureté et l’inclinaison du terrain. Bretagne, Aquitaine, Normandie, Camargue, Jura, Corse…Toutes nos campagnes confèrent à leurs vaches des qualités bien particulières.
 

Une production variée

L’éleveur peut choisir de gérer une exploitation de bovins destinés à l’abattage ou une exploitation laitière. En France, plusieurs types de vaches existent, on peut cependant les répartir en trois grandes catégories: 
 
Les races à viande, spécialisées dans la production de viande. Elles sont aussi appelées « races allaitantes » car elles allaitent leurs petits et ne sont pas soumises à la traite. Les charolaises et Limousines font partie de cette catégorie. 
 
Les races laitières sont élevées pour produire du lait et sont traites quotidiennement. On peut par exemple citer la Bretonne Pie Noire ou encore la Holstein. 
 
Quant aux races mixtes, elles sont à la fois élevées pour leur lait et leur viande. La Normande, l’Abondance ou encore la Tarentaise se retrouvent dans cette catégorie. 
 
 
Un large choix de production s’offre donc aux éleveurs qui choisiront d’élever la race de vache la plus adaptées au domaine qui les attire mais aussi à la région dans laquelle ils se trouvent afin d’optimiser leur production. 
 

Quel avenir pour les éleveurs ? 

Le métier d’éleveur est un métier captivant dans lequel on ne s’ennuie jamais. Cependant, l’éleveur doit être prêt à sacrifier son temps libre, ses vacances, rester au contact de ses bêtes et garder un rythme de travail quel que soit le climat. Il doit être attentif à ses bêtes quotidiennement et repérer chaque détail qui pourrait signaler un dysfonctionnement. 
 
Achat de parcelles de terrain, d’animaux, de matériel…cette profession demande un investissement financier important alors que le salaire de l’éleveur n’est pas forcément régulier et dépend des cours du marché ainsi que des négociations avec les fournisseurs et les acheteurs. En 2016, les marchés de la viande et du lait ne sont pas au beau fixe et la consommation des français est en baisse. Ainsi, de nombreux éleveurs se retrouvent dans des situations difficiles. Le gouvernement leur a promis de débloquer des financements pour remédier à cette situation et des aides sont proposées aux éleveurs qui sont dans des situations fragiles.
 
L’amour des animaux et de la nature ne suffit pas, il faut également posséder une solide motivation pour faire face à tous ces obstacles. Mais la passion qui anime les professionnels de ce secteur leur fait oublier les contraintes et ne conserver que la satisfaction d’exercer le métier qu’ils ont choisi.
Chantal - le 27/05/2016
membre d'une amap (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) l'article m'a beaucoup intéressé

merci
Retrouvez éleveur de bovins dans votre département